Les stages d’orchestre

 

Depuis des temps immémoriaux (au moins 15 ans…), l’Estudiantina a organisé des stages pour pouvoir travailler de façon intensive à l’approche des concerts. Le menu traditionnel a fait depuis de nombreuses années preuve de son efficacité à nourrir les troupes. Les résultats ont été significatifs

Les stages démarraient donc à 9h30. A cette heure matinale dominicale, on pouvait dénombrer environ 50 % de l’effectif de la journée. A 10h, la répétition démarrait sur les chapeaux de roue, un rythme qu’il fallait maintenir tout au long de la journée ! A 12h, commençaient à arriver d’autres gloutons (ndlr: en particulier l'auteur de ce texte…) qui partageaient le repas et participaient à la répétition de l’après midi.

Malgré quelques changements insignifiants, (il a pu arriver que les poulets soient remplacés par d’autres protéines dans les assiettes…) le menu traditionnel a toujours été le taboulé (souvent confectionné par Christine) et la salade de riz (Préparée par Mme Noirot), suivies de près par les chips accompagnées des poulets (découpés par M. Noirot), agrémentés de boissons et autres sodas à volonté. Quelques ingrédients secrets ont pu être ajoutés mais ils ne seront pas dévoilés ici…

Après ces repas copieux, tout le travail du chef d’orchestre est de gérer la phase digestive des musiciens de l’Estudiantina. Et, il est vrai que, bien calés sur les chaises, il peut être difficile de les faire bouger. De plus, il pouvait arriver également que les mandolinistes soient plus attirés par le ballon de football et le terrain à proximité de la salle de répétition, à la grande époque du Parc Camélinat, avant que l’équipe de France de football ne gagne la Coupe du Monde.

Mais, les tentations ont toujours fini par être vaincues et les résultats ont toujours été au rendez-vous.


Vincent Sermet © 2003