Enregistrement du disque de l'Estudiantina


L'enregistrement d'un disque est toujours un événement pour une société musicale. L'Estudiantina avait déjà enregistré un 33 tours, "l'art de la mandoline" chez Arion en 1983.
Il était temps, surtout pour les nombreux jeunes qui n'ont pas connu cette époque, de mettre en chantier un nouvel enregistrement.

Pour un musicien amateur, un disque représente d'abord un souvenir de son activité au sein de l'orchestre. Mais c'est également pour la société une vitrine de son savoir-faire. Le disque enregistré en avril et mai 2003 est le témoin des évolutions artistiques que l'orchestre a connu ces 20 dernières années.

Le choix des pièces enregistrées est donc très important, outre le repertoire classique des orchestres à plectre, l'Estudiantina est très actif dans la création et la découverte d'œuvres contemporaines.

Après concertation avec tous les musiciens, les œuvres enregistrées sur le disque seront donc, pour l'orchestre

Et pour la musique de chambre:

La réalisation technique a été confiée à la maison de production "La Follia Madrigal". La prise de son a été assurée par Francis Rotstein et Olivier Wisner. Les enregistrements se sont déroulés en deux temps. La première session, consacrée à l'enregistrement des pièces pour orchestre, a eu lieu les 26 et 27 avril dans l'auditorium de l'école de musique de Sartrouville. La deuxième session, pour la musique de chambre, s'est déroulée les 14 et 15 mai à l'église de St Maximin, dans l'Oise.

L'enregistrement en lui même demande une grande patience et beaucoup d'organisation. En effet, une seule pièce peut demander de nombreuses prises, et un directeur artistique doit être présent pour vérifier l'homogénéité et la continuité de ces prises pour le montage final. C'est Jean-Marc Zvellenreuther, professeur de guitare au CNR d'Aubervilliers et grand ami de l'Estudiantina qui s'est chargé de ce travail.

Il faut aussi compter avec les divers bruits extérieurs qui interrompent l'enregistrement. Celui-ci doit évidemment se faire dans le silence total. Une bonne partie du temps est donc passé à attendre qu'un avion, un train ou une voiture veuille bien s'éloigner. La patience est donc de mise!

De fait, la session de Sartrouville s'est déroulée un week-end. L'école de musique est située dans un quartier calme, ce qui a facilité l'enregistrement. Celle de St-Maximin s'est passée en semaine, et l'enregistrement a duré deux nuits entières. Malgré la fatigue et le froid (pas loin de 4 degrés à l'extérieur), tout cela s'est très bien passé et les musiciens ont fait preuve de beaucoup de sérieux. Il n'y a pas forcément besoin d'être un professionnel pour faire preuve de professionnalisme.

Le disque est actuellement en montage et devrait être prêt pour l'automne 2004. Il sera disponible dans tous les points de ventes habituels.


Mathieu Sarthe-Mouréou © 2003